actualites dominique bagouet l'oeuvre les carnets bagouet references
contact liens credits
indexplan du site
association - mission - partenaires - transmissions -







 
maison de la danse /lyon

La collaboration entre Dominique Bagouet, sa compagnie et la Maison de la Danse ne date pas d’aujourd’hui.
Elle fut riche en événements dont le premier fut la soirée donnée pour la préfiguration de la Maison à la Croix Rousse en janvier 1980, pour laquelle Dominique dansa une danse blanche avec Eliane, accompagné d’Eliane Lencot à l’accordéon. Puis ce fut insaisies en 1983, la création d’assaï en 1986, commande de Guy Darmet pour la Biennale de Danse, inspirée de l’expressionnisme allemand, les petites pièces de berlin au TNP de Villeurbanne en 1988, dans sa nouvelle version où Dominique dansait des intermèdes en solo, et enfin les représentations de necesito et so schnell en 1992 et 1993 qui marquèrent les derniers instants de la compagnie bagouet. Sans oublier l’invitation de Bernard Glandier pour son spectacle pour enfants le roi des bons qu’il créa pour la compagnie.
Dominique Bagouet disparu, ses danseurs n’ont pas désiré continuer la vie de compagnie de répertoire sans sa présence. Assez vite, il a fallu se rendre à l’évidence qu’il fallait quitter les lieux et laisser le centre chorégraphique de Montpellier à un autre créateur. Cependant l’envie était grande de continuer à faire connaître cette danse, ces danses, mais comment ?

Avec l’appui de Liliane Martinez et de toute l’équipe de la compagnie, les danseurs et quelques collaborateurs du chorégraphe créèrent les carnets bagouet en avril 1993, avec l’accord de sa famille et sous la présidence de Philippe Cohen. Les premiers projets se réalisèrent : le tournage de necesito et so schnell tout d’abord, la reprise du saut de l’ange par le Ballet Atlantique Régine Chopinot, et l’enseignement d’un extrait des petites pièces de berlin aux étudiants du CNSMD de Paris. Les premières missions de l’association étaient déjà à l’œuvre avant même la clôture de la compagnie, mais la question urgente était : que faire de tous les décors, costumes, maquettes, documents techniques, photos, vidéos et archives de douze ans d’activités du Centre Chorégraphique National et de la compagnie bagouet ? Sachant que chaque élément était quasi indispensable en vue des reprises annoncées et futures, il était difficile d’imaginer que tout cela disparaîtrait en même temps que le nom de la compagnie bagouet.

Alors Guy Darmet proposa d’accueillir ce patrimoine (pas moins de 4 semi-remorques) à la Maison de la Danse, à Lyon. On trouva un local pour les décors, un autre pour les costumes, un autre encore pour les vidéos, et enfin, il mit à disposition un bureau pour le travail administratif qui commençait.
L’accueil se poursuit généreusement ensuite avec la reprise d’assaï en 1995, production propre des carnets bagouet dont la Maison de la Danse fut un des principaux co-producteurs, et se renouvela à nouveau pour la recréation dans ses murs de meublé sommairement en 2000. Sylvie Giron donne une danse blanche avec éliane pour « la nuit des 20 ans » de la Maison, accompagnée d'Eliane Lencot. Christian Bourigault vint présenter f.et stein, réinterprétation en 2001
Régulièrement, la vidéothèque de la Maison de la danse, à l'initiative de Charles Picq, programme les films sur l'œuvre de dominique Bagouet ou sur le travail accompli par les carnets bagouet au fil des reprises.

 
imec /institut mémoires de l'édition contemporaine

La vocation de l'Imec est d'être une instance de médiation entre les déposants, les ayants droit et les chercheurs ; assurer, à partir de ce patrimoine privé, une mission publique d'intérêt scientifique.

La bibliothèque
Elle est constituée de trois grands ensembles documentaires : d'une part les fonds d'archives déposés à l'Institut, accessibles uniquement sur autorisation ; d'autre part, les bibliothèques d'études sur chacun des fonds d'archives déposés à l'Imec (publications de l'auteur, monographies, collections de revues, documentations); enfin les fonds de référence qui offrent au lecteur les outils de recherches indispensables sur les domaines de compétence de l'Imec : histoire du livre, histoire de l'édition, bibliographies.
La bibliothèque de l'Imec est accessible à toute personne justifiant de travaux approfondis : travaux universitaires, projets éditoriaux ou muséographiques, biographies, réalisation de documents audiovisuels...

L'Imec à Ardenne
Depuis 1996, l'Imec développe ses activités en Normandie dans une abbaye du XIIe siècle, l'abbaye d'Ardenne, édifiée sur la commune de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, en bordure de Caen. Ardenne est désormais le premier lieu d'exercice de ses missions : l'ensemble des collections y est traité, classé, inventorié sur place, colloques et journées d'étude s'y déroulent régulièrement et un programme d'expositions et de rencontres associe un très large partenariat régional
L'ouverture de la bibliothèque de l'abbaye d'Ardenne en octobre 2004 permettra non seulement la consultation des collections d'archives et d'imprimés mais autorisera également un libre accès à plus de 80 000 ouvrages. Les chercheurs et déposants pourront consulter manuscrits, livres et revues selon un protocole simplifié par la base informatique et le regroupement des archives dans un lieu unique, sur le site de l'abbaye d'Ardenne.

Catherine Girerd
Elle a accompagné l'aventure de l'Imec depuis sa création en 1989. D'abord secrétaire générale jusqu' en 1998, elle prit en charge, à Caen, le développement du projet d'implantation de l'Institut à l'abbaye d'Ardenne, où elle était déléguée générale.
Les carnets bagouet firent sa connaissance en 1995 et ce fut une belle rencontre. Catherine aimait la danse, elle était proche de certains chorégraphes comme Susan Buirge, et appréciait les spectacles de Dominique Bagouet. Elle facilita le dépôt des archives de l'association, fut très présente au conseil d'administration, participa largement à la réalisation de l'exposition « meublé sommairement, de la création à la reprise, pièces d'archives » en 2000.
Elle nous a quittés le 4 juin 2002. Ses interlocuteurs - artistes, auteurs ou partenaires institutionnels - n'oublient pas, tout comme ses collaborateurs de l'Imec, son enthousiasme, son efficacité et sa chaleureuse présence.

 
  retour haut de page